Get Flash to see this player.



Nom: THOMI
Prénom: Daniel
Instrument: trombone
Entrée à l'OSB: de 1970 à 1979 et de retour en 1991
Né le: 24 août 1946 à La Chaux-de-Fonds
Profession: technicien en imprimerie passé pro au trombone

Pourquoi as-tu choisi le trombone ? - Je pensais qu'il était plus facile de passer l'examen militaire avec un trombone qu'avec une trompette.

- Comment es-tu venu au jazz ? - En écoutant Blueberry Hill, par Louis Armstrong et en jouant avec un copain sur un 78 tours le «Weary Blues» de Bechet - Mezzrow. Le tout en «sifflant» une fiasquette de Chianti... C'était pas le pied, mais on le croyait !

- Dans quelles formations as-tu joué ? - J'ai commencé par tenir la partition de 3e trombone dans le Jazz Society Orchestra, pendant 6 mois. Ensuite, étant allé plusieurs fois au Cercle du Sapin à la T' Chaux, je me suis adressé à l'orchestre Dixie Come Backs qui s'y produisait pour avoir des tuyaux pour faire du jazz. A la suite de quoi. je jouai pendant 3 ans avec cette formation. Puis, immigrant à Genève à la suite de la dissolution des Dixie, j'ai eu la chance de commencer avec un orchestre qui se produisait le mercredi aux Vieilles-Pîerres, les Tradi tional Seven, heureux orchestre, car 6 mois après, il se faisait piquer leur trombone par I' OSB.

- Qu'est-ce qui te plaît particulièrement dans l'OSB ? - Tout (ou presque) !

- Avec quels musiciens marquants pour toi as-tu joue ? - Mon père, grâce à qui j ai appris la musique, Roland Hug, qui m'a appris le jazz et Jacques Lucas ainsi que l'OSB qui m'ont fait découvrire le vrai New Orleans.

- Que fais-tu, à part le jazz ? - Pas mal de choses. J'adore, par exemple, faire la cuisine.

- Es-lu gourmet? - Naturellement.

- Quel est ton plat préféré ? - J'en ai plusieurs. J'aime bien la nouvelle cuisine française mais, quand même, des tripes à la neuchâteloise..?

- Quelle est t'on opinion, face au problème de l'alcool dont tu abuses ? - Oui, je sais, je fume trop !



Né dans une famille de musiciens, apprend le solfège et le piano à 6 ans, au Collège Musical de La Chaux-de-Fonds. Abandonne 6 ans plus tard à force de «sécher» les leçons. Apprend alors seul la trompette piquée à son père lequel, pour le punir, l'obligea à jouer dans les fanfares qu'il dirigeait dans le canton de Neuchâtel.


Suit des cours de direction de fanfare, pendant 4 ans, au Conservatoire de Neuchâtel. Il était à l'époque, le plus jeune directeur de fanfare de Suisse, (il a dirigé pendant 3 ans la fanfare de Fontaine- melon). Afin de faire son service militaire dans la musique, il décide d'apprendre les rudiments du trombone et se perfectionne dans cet instrument lors de son Ecole de recrues. Saturé de fanfare à ce moment, il abandonne la direction.